Une fenêtre ouverte

Une plaie étendue et impressionnante, nécessitant un pansement complexe, long, éprouvant pour la patiente. Cette dame est assez bavarde, elle nous raconte beaucoup de choses pendant la douche, mais arrivé le moment du pansement, c’est silence radio, elle ne parle plus, se replie.

Mon collègue sur place ce jour là m’appelle, en me disant que la patiente serait très partante pour de la musicothérapie. L’expérience m’a appris que chez les patients que l’on prend en charge, il ne faut pas tergiverser et remettre à plus tard. La charge de travail prévue pour le lendemain me permet de mettre en oeuvre une séance clarinette. Après la douche en binôme, ma collègue fera le pansement pendant que je jouerai. Je me mets en recherche de chansons de Céline Dion, et du « Printemps » des quatre saisons de Vivaldi, morceau passant sur la ligne du numéro Vert réservé aux patients, et que la dame aime bien.

Le lendemain,  la patiente est fatiguée et douloureuse. Après la prise d’un antalgique et une douche en douceur, elle se sent mieux. Puis encore mieux lorsque je lui annonce que j’ai apporté ma clarinette. Nous l’installons confortablement, ma collègue est prête , je commence.

D’abord le Printemps de Vivaldi, puis My heart will do on, All by myself, et des airs connus tels que la Valse des Fleurs, « Un jour mon prince viendra », un extrait du Concerto pour violon de Mendelssohn, le prélude de l’Arlésienne, et autres. Je change de style avec Autumn Leaves, et là, je l’entends fredonner, elle continue lorsque je m’arrête de jouer, du coup, je reprends le morceau . Cette dame chante, alors qu’on est en tain de lui refaire son pansement!

Puis elle écoute en fermant les yeux, et je vois une larme couler sur sa joue. Ce qu’elle dit ensuite est très émouvant pour moi: la musique l’a fait sortir de sa chambre, j’ai ouvert une fenêtre, elle a voyagé, a revu son mariage, ses enfants, a ressenti beaucoup d’émotions diverses. Elle en a oublié les soins, ce pansement qui lui couvre la poitrine, sa condition de malade.

A chaque fois, je n’en reviens pas de l’effet que produit la musique sur les patients, surtout  lorsque l’on joue devant eux. Cette patiente a été très receptive, elle a réussi à lâcher prise et se concentrer sur la musique, cela lui a permis de supporter ce moment pénible en souriant, en chantonnant, en rêvant à d’autres lieux.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s