C’est magique

Cette histoire, ça fait longtemps que j’ai envie de l’écrire. J’ai mis du temps à commencer, c’était tellement…magique, fort, remuant, inoubliable, il s’est passé un Truc, avec un grand T.

Patient atteint d’une dégénérescence du système nerveux central, des mouvements incontrôlés, une élocution limitée, difficile à comprendre, une grande agitation lors de la toilette, avec des sursauts dès qu’on le touchait. Lit entouré de coussins pour éviter les blessures. Une épouse très attentionnée et impliquée dans l’accompagnement de son mari.

La toilette devenait un moment pénible pour tout le monde, et anxiogène pour le patient. Facies figé, regard lointain, on arrivait à limiter les sursauts en le prévenant de nos moindres gestes, mais ça restait compliqué. Il y avait toujours de la musique, soigneusement choisie par sa femme.

De là a germé l’idée de jouer pendant ce temps difficile, en espérant diminuer l’agitation habituelle. Au départ, nous devions venir à deux soignantes, ce qui obligeait sa femme à participer aux soins pour me libérer. Etant plus nombreux sur le terrain le jour du « staff », nous arrivons à organiser ce projet à 3 soignants, ce qui sera plus confortable pour tout le monde.

Nous avons décidé que je commencerai à jouer avant le début des soins, afin d’instaurer une ambiance calme et apaisée. J’ai révisé mes classiques, surtout du Bach, qu’il aime particulièrement.  Je me positionne de façon à ce qu’il puisse me voir de son lit. La toilette commence avec des gestes lents, mes deux collègues (une aide-soignante et un infirmier) parlent le moins possible, et  à voix basse. Le patient est attentif, calme, n’a presque pas de sursauts.  Dès les premières notes, son épouse fond en larmes, ma collègue la suit de près… qu’est-ce que je fais, je continue? j’arrête? je me dis que libérer des émotions c’est un bon début, je continue. Mme reprend ses esprits, et va se placer à la tête de son mari, le prend dans ses bras,  lui parle à l’oreille. C’est un moment très intime entre eux. Si elle avait dû aider pour les soins, elle n’aurait pas pu autant profiter  de ce moment privilégié auprès de son mari.

La toilette s’est passée tranquillement. Elle a duré une heure, dans le calme. J’ai joué tout le temps, jusqu’à ce que le monsieur soit levé et installé dans son fauteuil. J’ai continué encore pour  deux morceaux , ceux là juste pour le plaisir, en ayant la satisfaction d’arriver à croiser son regard.

Ce fut un grand moment d’émotions et de communion entre les personnes présentes: les soignants, le malade, son épouse, la musique. Nous étions tous en phase autour de ce monsieur, tous concentrés vers un même but, lui apporter du bien-être, lui faire oublier, ne serait-ce qu’une heure, ce corps dont il n’était plus maître.

Je crois que c’est l’expérience qui m’a le plus marquée. Son épouse a parlé de « moment magique ». C’est ce qu’on a tous ressenti, c’était magique. J’en suis sortie vidée, j’avais tout donné. Reste l’émerveillement devant le pouvoir de la musique auprès des patients. Ce n’est pas de la magie, mais c’est puissant.

 

 

Une réflexion sur “C’est magique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s