Une très belle rencontre

[REVUE DE PRESSE] Le compositeur Charles Chaynes est mort, vendredi 24 juin, à l’âge de 90 ans chez lui, à Saint-Mandé (Val-de-Marne). Exact contemporain de Pierre Boulez (1925-2016), le maître à penser de l’avant-garde postsérielle, il fut loin d’œuvrer dans la même direction mais joua, comme lui, un rôle non négligeable dans la vie musicale française par les hautes fonctions qu’il occupa pendant vingt-cinq ans à la Radio nationale. Musicien lettré, Charles Chaynes laisse un abondant catalogue (85 principaux jalons sont déterminés par l’inspiration poétique et théâtrale.

C’était il y a bientôt un an.

Un patient que je voyais pour la première fois, et dont le nom me disait quelque chose, sans trop retrouver quoi.

Un piano qui trône dans le salon, des portraits, des CD, des livres sur la musique, je me sens en terrain connu. A ma question sur le fait qu’il était musicien, son regard s’éclaire. Il me parle de sa carrière internationale, des opéras qu’il a composés, des palmes académiques…

J’ai travaillé dans ma jeunesse un morceau de concours pour contrebasse, d’un certain Charles Chaynes, c’est pourquoi ce nom me semblait familier. Et je me retrouve à son chevet, en face de lui, en train de réaliser que j’ai travaillé une de ses compositions il y a longtemps. Il est heureux de ce que je lui dis, de pouvoir parler musique, de rencontrer quelqu’un qui le « connait ». Et que ce soit une infirmière qui est là pour lui prodiguer des soins, a dû lui paraître assez incongru!

Je n’oublierai jamais le regard pétillant et heureux qu’il avait à ce moment là. Il espérait me revoir, pour « parler musique » ensemble. Malheureusement, je ne l’ai pas revu. Mais j’ai su plus tard par son épouse, que cette rencontre lui avait fait très  plaisir. Et moi donc! c’était une rencontre extraordinaire, qui m’a beaucoup marquée. J’y repense encore un an après. Le fait de mettre un visage sur cette musique que je connaissais pour l’avoir étudiée ,  d’en parler avec lui, de voir que cela le rendait heureux, c’était vraiment très émouvant. Et ça, quelques jours avant son décès.

Ce jour là, je n’avais pas ma clarinette, mais j’ai pu lui apporter un petit moment de bonheur rien qu’en partageant une passion commune. La musique.

 

 

Une réflexion sur “Une très belle rencontre

  1. Merci Anne-Marie pour ce blog dont je viens de prendre connaissance! Pouvoir de la musique mais aussi de l’attention à autrui! Tu fais un beau métier (dont je me doute qu’il a des aspects moins gratifiants et plus difficiles à assumer…).
    J’avais entendu de la musique de Chaynes (de mémoire je pense à une pièce (injouable!) intitulée Jade).
    Bonne suite de vacances!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s