Bonjour l’angoisse

Octobre 2019

Après une période « off », je reprend du service en tant qu’infirmière coordinatrice dans une structure différente de l’HAD : un Réseau de Santé, au sein duquel nous proposons un soutien et un suivi à domicile des malades et leur entourage, ainsi qu’une aide à la coordination avec les partenaires de soins. Les patients ne sont pas forcément en soins palliatifs. Nos interventions peuvent aussi concerner la gériatrie et l’oncologie, domaines où la musicothérapie a également toute sa place. C’est ainsi que j’ai pu de nouveau proposer mon apport musical aux patients qui en ont besoin.

Le première patiente chez qui je suis allée avec ma clarinette est une petite personne toute menue, toute repliée sur elle-même. Son anxiété permanente est visible au premier regard. Elle vit seule, et son quotidien est compliqué, tout l’angoisse. Elle est suivie par une collègue infirmière et par la psychologue. Elle appelle souvent le service pour être rassurée lorsqu’elle a un rendez-vous, par peur d’oublier, de se tromper de jour, d’heure, tout lui pose problème, le moindre changement dans ses habitudes l’inquiète.

Nous échangeons en réunion d’équipe sur ses difficultés : comment pourrait-on l’aider davantage à lâcher prise et se détendre un peu ? Elle a accepté de participer à un atelier équilibre hebdomadaire animé par un kiné, dans lequel elle arrive à prendre un peu de plaisir, elle apprécie de sortir et rencontrer du monde. Elle serait une bonne candidate à la musicothérapie, cela vaut le coup d’essayer.

Ma collègue psychologue lui en parle lors de sa séance: Mme est partante. Je prend un rendez-vous par téléphone avec elle. Elle est incapable de me parler des musiques qu’elle apprécie, bafouille, se perd en remerciements… pas grave, je vais improviser. Je profite de sa venue à l’atelier équilibre, la veille de mon rendez-vous chez elle, pour me présenter et faire connaissance. Je reste un peu à ses côtés pendant la séance, afin qu’elle commence à s’habituer à moi. Je remarque qu’elle participe de bon cœur aux exercices collectifs.

Le jour J, elle m’accueille avec le sourire, me dit que c’est la première fois que quelqu’un vient chez elle jouer de la musique ; que c’est bien de jouer chez les personnes malades, ça les apaise, et leur fait oublier la maladie. Ne parle pas d’elle, mais c’est un bon début. Je l’invite à s’installer confortablement, dans un siège qu’elle affectionne, et dans lequel elle se sent bien. Elle choisit le siège le plus éloigné de moi. Je ne relève pas, c’est son choix. Je commence par lui expliquer qui je suis, et pourquoi je suis là, tout en montant ma clarinette, et en lui montrant cet instrument qu’elle ne connait pas plus que ça.

Cette première approche semble fonctionner, le contact s’établit plutôt facilement. En général, lorsque je cherche à instaurer un climat de confiance, à apporter du calme et un début de lâcher prise, j’aime bien commencer par la Sicilienne de Fauré, qui est un morceau très doux et un peu envoûtant. Elle apprécie, me remercie, me redit que c’est la première fois qu’une chose pareille lui arrive. Elle me le répétera quasiment entre chaque morceaux. Elle me parle également de ce qu’elle ressent : elle qualifie les morceaux qu’elle aime bien, de jolis, apaisants, ou entraînants. Après plusieurs morceaux classiques très doux et lents, j’enchaîne avec 3 standards de jazz que j’affectionne et que les gens d’un certain âge apprécient généralement : Petite fleur, Automn leaves, Summertime. Cela lui plait beaucoup. Je la sens plus détendue, elle sourit, me re-redit que pour « les malades » c’est un bon moment qui leur fait oublier la maladie.

Je lui propose de revenir une prochaine fois . Sa réponse est édifiante « ah oui, je pourrais écouter encore pendant longtemps » mais elle s’inquiète malgré tout du temps qu’elle me prend, et des malades que je dois voir après elle.

Le bilan de cette première fois est positif: elle a réussi à prendre du plaisir et à se détendre. Le fait que la musique est venue à elle et rien que pour elle l’a touchée, et elle en redemande!

Je ne partais pas forcément gagnante chez cette dame, mais encore une fois, il ne faut jamais hésiter à essayer, sans a priori. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s