Bonjour l’angoisse 3: les aléas du domicile.

Novembre 2019

Je retourne pour la troisième fois chez Mme S. la patiente que la musique détourne de ses angoisses.
Elle m’accueille avec le sourire, en me disant qu’elle n’a pas le moral ce jour là et que la musique lui fera du bien. Nous parlons ensemble de ce qui la tracasse, puis je me prépare tranquillement.
Elle a positionné « ma » chaise, comme la dernière fois. J’ai prévu de jouer des chansons qu’elle connait, « mon manège à moi », « la mer », et des morceaux lents et doux comme je les aime.

Je joue depuis 10 minutes environ lorsqu’on entend des coups frappés au plafond de l’appartement du dessous. Il est 15h, un après-midi de semaine. Je m’arrête et demande à mon auditrice si cela ne la perturbe pas trop, et si je poursuis la séance. Elle me dit que sa voisine du dessous ne supporte aucun bruit, et qu’elle tapait déjà lorsque ses enfants vivaient là. Rassurée, je reprends. Les coups reprennent aussi. Cela n’a rien d’agréable, mais je tente de continuer à jouer sereinement malgré cet inconvénient.
Finalement les coups s’arrêtent, je peux jouer plus tranquillement.
Malheureusement, la sonnette se fait entendre, quelqu’un est en train de s’énerver sur le bouton.
Je dis à la patiente de ne pas bouger, j’y vais. Elle me suit et se cache derrière la porte pendant que je parlemente. Elle me fait penser à une petite souris.
La voisine est furieuse car elle n’entend plus le son de la télé, elle est en train de regarder un film. Je lui suggère de monter le son.
Sur le fait que j’exagère de jouer de la clarinette, je lui répond que jouer une fois tous les 15 jours pendant une demi-heure en plein après-midi ne me paraît pas tellement exagéré. Sur le reproche que je pourrais penser aux autres, je réponds que c’est justement ce que je fais en venant jouer de la musique à sa voisine.
Bref, l’entente n’est pas très cordiale. Elle n’arrive à rien avec moi, elle finit par rentrer chez elle.

Je craignais que la patiente soit dans tous ses états. Elle est contrariée autant que moi d’avoir été interrompue, mais est partante pour que je termine ce que j’avais commencé. Je conclus avec la Fantasiestücke de Schumann, plus lentement et doucement que recommandé, ce qui rend le morceau très apaisant… pour toutes les deux !

Je n’ai pas fixé de nouvelle date, je vais la rappeler dans la semaine pour savoir comment elle voit les choses à froid, et si sa voisine n’est pas revenue l’importuner. Je ne compte pas m’avouer vaincue, mais peut-être vais-je modifier l’horaire de la séance, en espérant apaiser les esprits et ne pas être dérangée la prochaine fois.
Ou alors, je l’inviterai à profiter de la musique, comme me l’a suggéré une collègue !

3 réflexions sur “Bonjour l’angoisse 3: les aléas du domicile.

  1. Ah génial ! Espérons qu’elle va un peu réfléchir, cette égoïste voisine ! Les sons de ta clarinette finiront peut-être par la charmer ! Bravo tu as continué malgré son interruption : la musique a eu le dernier mot😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s