Petite Fleur

 

Janvier 2016

Joli souvenir que cette « petite fleur »
Un monsieur de 80 ans, ne pouvant plus se lever (je n’aime pas le mot « grabataire »), qui se sentait inutile et ne trouvait plus d’intérêt à la vie. Il bougonnait souvent, ou somnolait, ne participait pas à sa toilette s’il n’était pas stimulé.

Il avait fait beaucoup de musique dans sa vie,  jouait de l’accordéon, ses enfants avaient tous appris la musique, c’était une porte d’entrée pour l’approcher et l’accrocher.
Je lui ai donc proposé de venir avec ma clarinette pour un moment musical, il me répond en bougonnant « si vous voulez ». C’était déjà pas si mal comme réponse ! Son épouse, elle, était ravie et enthousiasmée. Il faut dire qu’elle restait confinée dans son appartement pour pas laisser son mari seul, et de ce fait, ne sortait presque plus. Elle m’a demandé si je connaissais « Petite fleur » de Sidney Bechet, morceau que son mari et elle aimaient beaucoup. J’avais déjà entendu ce morceau, mais sans le connaitre vraiment.  Qu’à cela ne tienne, j’allais l’apprendre!
Le jour J, il était somnolent, de mauvaise humeur, au fond de son lit. Avant de commencer, je lui ai redemandé s’il avait toujours envie que je joue, l’idée n’était pas de l’importuner. Il a bougonné sans me regarder  « faites comme vous voulez ! » alors, j’y suis allée.

J’ai commencé à jouer. Et là, je vois ce grand monsieur qui peine habituellement à bouger dans son lit, ouvrir les yeux, se redresser tout seul , et battre la mesure sur le bord du lit. Je pense : yesss ! j’ai gagné ! Un sourire apparaît, il est enchanté.
J’ai préparé un répertoire dans le même style que « Petite fleur », avec « Summertime » et « Automn leaves ». Son épouse était émue et en redemandait. J’ai alors joué des morceaux plus classiques, ils ont tout aimé. Mr battait la mesure, Mme fredonnait, ils partageaient ce moment joyeux ensemble.
J’ai eu le sentiment d’avoir réussi  un challenge. Dérider ce patient, lui faire  ressentir de la joie, égayer sa vie de malade, c’était mon objectif. Associer son épouse à cet instant qu’elle a apprécié autant que lui, leur permettre ce moment partagé, a été la cerise sur le gâteau.

Je suis devenue « la dame au pipeau », il a demandé à ce que je revienne. Ce que j’ai fait une semaine plus tard,  après une tournée de soins. Cette fois, Mme a carrément pris mon book, elle  « commandait » les morceaux qu’elle avait envie d’entendre.  C’était aussi joyeux que la première fois.

J’ai réalisé que pour préparer une séance, il faut que je sache ce que la personne aime et a envie d’entendre. Le choix des morceaux doit se faire en fonction des goûts et de la culture musicale du patient, de ce qui peut lui apporter du plaisir, des souvenirs, des envies de chanter ou de battre la mesure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s